Chercheurs

Non-objet en cours de tentative depuis juin 2010

Catégorie : les oeuvres du milieu

Par Olivier Borneyvski



Cette œuvre consiste à poser à des chercheurs en art contemporain la question suivante :

"Un chercheur spécialisé en art contemporain peut-il s'intéresser à l'œuvre d'un artiste qui ne produit rien ?"

L'OEUVRE
Catégorie: Les oeuvres du milieu
Nom de l'oeuvre : "Chercheurs"

Madame, Monsieur,
 
Artiste d'Art contemporain, j'explore les espaces vides à la recherche "d'instants plastiques" que je rassemble pour ne rien fabriquer. Désespoir d'une matière futile, mes œuvres traquent l'événement primordial d'une oeuvre absente.
 
Ainsi, je me permets de solliciter votre aide pour la réalisation de ma nouvelle œuvre qui sera versée au catalogue du non-objet "Chercheur", catégorie les œuvres du milieu, sous le numéro :
Numéro de pièce/mois/année
Cette œuvre consiste à poser à des chercheurs en art contemporain la question suivante :
"Un chercheur spécialisé en art contemporain peut-il s'intéresser à l'œuvre d'un artiste qui ne produit rien ?"
 
En attendant l'événement, veuillez agréer, Madame , Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.
    
OLIVIER BORNEYVSKI
Mai 2009
Plus on cherche, plus on trouve.
J'avais imaginé une forteresse imprenable où cacher ce que je fais de mieux. Mais il fallut qu'un beau jour quelques érudits terminent de creuser avec leur truelle triangulaire cette fosse ou j'avais englouti mon savoir ne rien faire.

Catalogue de l'oeuvre

Pièces cherche1 à cherche86
NOTA: pour des raisons de confidentialité, certaines informations susceptibles d'identifier les auteurs des réponses ont été supprimées.

Pièces

Comme la nature a horreur du vide, on peut toujours trouver quelque chose même s'il n'y a rien.

cherche1
Cher Monsieur,
Merci de votre message, et de votre question. Ma réponse dépend de ce qu'on entend par "chercheur". S'il s'agit d'un critique d'art ou d'un historien d'art, chargé d'évaluer ou de documenter les oeuvres, la réponse est "oui" dès lors qu'il appréhendera cette proposition comme un
passage à la limite des frontières de l'art - opération caractéristique du genre "art contemporain", comme je l'ai montré dans /Le Triple jeu de l'art contemporain/. S'il s'agit d'un sociologue, qui se donnerait pour objet d'expliciter les opérations par lesquelles une valeur artistique est affectée à une proposition, alors il ne s'intéressera pas à l'"oeuvre" en question, mais à l'ensemble des dispositifs susceptibles de faire exister cette proposition comme une oeuvre et de l'intégrer au monde de l'art.
J'espère que cette réponse vous satisfait, et je vous souhaite bonne
chance pour vos oeuvres futures - avec ou sans guillemets...
cherche5
Madame, Monsieur,
Je suis en congé scientifique jusqu'au mois de décembre 2011. Pour toutes les questions relatives à l'unité d'histoire de l'art, je vous prie de prendre contact avec Mme Nolwenn Mégard qui me remplace, ou avec les autres enseignants de l'unité.
Je vous prie de croire à mes meilleurs sentiments,
cherche11
Le livre de Jean-Yves Jouannais, Artistes sans œuvres, montre que cette approche intéresse les chercheurs et les artistes depuis longtemps.
Sincèrement,
cherche19
Bonjour, oui et qu'attendez-vous de moi ? Rien ? Salutations cordiales
cherche25
Cher Olivier Borneyvski,
je réponds très brièvement à votre question : certainement !
L'art conceptuel est, par exemple, le centre d'intérêt de nombreux chercheurs en art. On y distingue très peu la production au profit d'un sens accrue des possibilités.
Je vous recommande, dans le cadre de cette réflexion, le travail actuellement en cours d'émergence des entreprises artistes, oeuvres qui répondent assez justement à ce type de propos.
Bien lumineusement
cherche27
Cher Monsieur,
Je ne serai malheureusement plus enseignant à Paris Ixxxx à partir de la
rentrée prochaine.... Peut être dans quelques temps, ailleurs....?????
Merci de votre proposition
cherche28
Cher Monsieur,
J'imagine que vous attendez de moi une non-réponse : la voilà !
Bien cordialement,
cherche29
Bonjour,
et désolée pour vous, car moi-même je ne serai bientôt plus rien à l'université XXXXX
En dépression grave pour harcèlement au travail, je ne serai plus en poste
prochainement sous peu donc : un petit "rien" bien univer-si-taire
Cordialement
cherche44
Cher Olivier BORNEYVSKI

C'est en toute cordialité que je tiens à vous apporter l'aide que vous sollicitez à la réalisation de votre nouvelle œuvre.  Je suis en effet particulièrement soucieux de soutenir votre préoccupation de ne rien fabriquer à partir des instants plastiques que vous rassemblez au cours de vos explorations d'espaces vides sans nulle doute passionnantes.

Pour ce faire, il me semble opportun de formuler– ce sera ma modeste contribution à cet appel à l'aide -  l'ultime vœux que l'évènement primordial tant attendu, d'une œuvre absente, ait toutes les chances de ne point advenir.

Un tel « non - évènement vous donnerait ainsi doublement raison en vous confrontant à la réalisation désormais non réalisable, de l'œuvre  que vous souhaitez verser au catalogue du non-objet"Chercheur", catégorie les œuvres du milieu, sous le numéro : Pièce cherche44/juin/2010.

Cet ultime vœux ne préjuge en rien des multiples réponses du chercheur spécialisé en art contemporain qui cohabite avec le plasticien que je suis, à votre désir de savoir s'il peut s'intéresser à l'œuvre d'un artiste qui ne produit rien.

Ces réponses mériteraient pour le moins, l'écriture d'un  très copieux « non-livre » que je vous dédierais volontiers s'il pouvait survivre aux préoccupations de ne rien fabriquer qui, par votre entremise, viennent de me contaminer, pour que l'entreprise d'un artiste ne produisant rien soit soutenue pleinement par les encouragements d'un chercheur spécialisé en art contemporain qui ne produit pas grand chose non plus.

Bien cordialement
cherche52
Il me semble que Jean-Yves Jouannais a apporté sur cette question des éléments assez intéressants.
Que dire après sinon cette remarque de Jean Baudrillard : dans le vide, les places sont chères ? Bien à vous.
cherche53
Bonjour, je suis intéressée par votre proposition après être allée voir votre site internet, je me rend mieux compte de votre oeuvre.
Suis-je sensée répondre, en qualité de chercheuse en art contemporain, à la question que vous posée, où dois-je simplement la lire et ne
produire aucun discours en retour ?
Cordialement