Psy

Non-objet en cours de tentative depuis juin 2010

Catégorie : les oeuvres du lendemain

Par Olivier Borneyvski



Faut-il s'inquiéter pour la santé mentale de l'artiste contemporain

Un artiste d'art contemporain qui passe sa vie à travailler sur rien, ne risque t'il pas de mettre en péril sa santé mentale ?"

Protocole de l'oeuvre
Le non-objet "psy" tente de répondre à cette délicate question. Une lettre est envoyée à des psy pour leur demander ce qu'il en pense.


L'OEUVRE
Catégorie : les oeuvres du lendemain
Nom de l'oeuvre : "Psy"

Madame, Monsieur
 
Artiste d'Art contemporain, j'explore les espaces vides à la recherche "d'instants plastiques" que je rassemble pour ne rien fabriquer. Désespoir d'une matière futile, mes œuvres traquent l'événement primordial d'une oeuvre absente.

 Ainsi, je me permets de solliciter votre aide pour la réalisation de ma nouvelle œuvre qui sera versée au catalogue du non-objet "psy", catégorie les œuvres du lendemain, sous le numéro :
Numéro de pièce/mois/année
Cette œuvre consiste à poser à des spécialistes la question suivante :
"Un artiste d'art contemporain qui passe sa vie à travailler sur rien, ne risque t'il pas de mettre en péril sa santé mentale ?"

 En attendant l'événement, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.
    
OLIVIER BORNEYVSKI
Juin 2010
Suis-je assez fou pour créer?
Nous étions tous là à ne rien faire, lorsqu'un d'entre nous trempa son doigt dans sa soupe de tomate et commença à tracer les contours du visage de l'infirmière de garde.

Catalogue de l'oeuvre

Pièce psy1 à psy1134
je remercie tous les spécialistes pour leur réponse, leur patience et leur gentillesse et je prie de bien vouloir m'excuser auprès de ceux que cette oeuvre aurait pu importuner.
Pour des raisons de confidentialités, aucun nom susceptible de reconnaitre les auteurs des textes suivants n'apparait.

Pièces

Je vais sans doute me mettre à faire quelque chose

psy14
Je fais suivre à XXXXX . Elle a travaillé sur la vacuité, et qui n'est pas le rien mais dans le rien il y a toujours la conscience comme témoin. De mon point de vue, tout oeuvre fait "son oeuvre" non pas forcément sur le plan mental mais sur le plan de l'âme et nous enrichit. Quand à la bascule dans la folie, les ressources et les failles de l'être humain sont immenses, à chacun son fil, son ange, sa destinée dans la grande roue de la Vie. Bien cordialement
psy16
bien sur vous sûr pouvez compter sur mon aide je vous donne rien pour créer rien un non objet...artistiquement rien
psy41
Merci pour votre mail. J'ose une réponse... un peu en vrac.
La création suppose le non-équilibre et le non prévisible. Dans un univers où tout est calculable et prévisible il n'y a pas de place pour la création (cf. les théories du chimiste Ilya Prigogine).
Vous dites que vous explorez les espaces vides. Le vide suscite la peur chez beaucoup d'humains, au point qu'ils cherchent à le remplir d'une foule d'occupations, de projets, etc. Que faites-vous d'autre que de remplir ce vide ? Et si vous acceptiez de ne pas le remplir et de juste être en contact avec. Avec quoi ou plutôt avec qui ? Avec "je" face au vide de sa propre nature peut-être ? Vide quantique où fleurit le hasard vrai, celui qui ne choisit rien en fonction de critères quelconques mais sur la base d'un libre arbitre absolu ?
Vous parlez de "non-objet" et je ne peux m'empêcher de relier cela à ma pratique de la psychothérapie (je suis Gestalt-thérapeute) où il s'agit souvent de s'éloigner du contenu pour saisir le processus, c'est-à-dire le comment ça se passe. Il s'agit d'un degré d'abstraction où la forme émerge du champ et où l'artiste (comme le psy) fait partie du champ et interagit (comme en mécanique quantique où l'observateur interagit avec ce qu'il observe).
Quel est votre part dans le processus que vous fixez par votre oeuvre : vous avez un regard et c'est en quelque sorte peut-être ce regard, ce processus de regarder (ou d'être avec) que vous saisissez.
Le non-objet n'est pas le sans forme car il y a une forme dans vos oeuvres... Je pense que vous saisissez un processus de contact avec le monde et je trouve cela vraiment intéressant car c'est quelque chose que j'imagine se dérouler au présent, dans le simple "être avec", et cela suffit pour que l'on soit touché, pour que naisse l'émotion.
Vous souhaitant une bonne continuation dans votre démarche artistique et un bel été.
psy66
oui
psy78
Bonjour,
L'artiste par définition explore, à sa façon, la beauté..."l'évènement primordial" n'est-il pas la vie et, en soit, si cela était, serait la manifestation d'une œuvre plus grande dont toute tentative humaine de création ne serait alors qu'une pâle copie, qu'un reflet...
L'œuvre absente reflète, en creux, cette beauté. Nulle pathologie mentale dans cette œuvre merveilleuse d'explorer la beauté de la vie!
Espérant que ces quelques mots vous seront utiles dans votre œuvre.
psy142
Bonjour
LE VIDE N'EXISTE PAS
IL EST PLEIN
PLEIN DE JOIE ET D'AMOUR UNIVERSEL Eet se presente sous forme de lumiére vibratoire sur differents plans et à differents degrés
Si vous avez cette information , vous ne travaillez pas sur rien e t donc vous ne pouvez qu'aller bien
Le chemin est ardu certes , l ya peu de mnde mais il est magnifique et à cet effet a nouveau vous ne pouvez sombrer
C'est jsute que peu de gens sauront vous apportez de la reconnaissance
Ayez confiance en vous et votre intuition
Cordialement
psy241
Bonjour,
Je vous souhaite d'inoubliables errances.
psy266
Cette réponse se veut un non-echo à votre question que je choisis de
laisser sans réponse.
Cordialement ou sans cœur au choix.
psy279
bonne question mais cela consiste en quoi concrètement?
pourquoi pas mais je déménage en ce moment
psy307
bonjour, on pourrait dire en quelque sorte que le vide est le plein et le plei est le vide. Une fois que c'est assimilé, toutes ces questions sur le sens de la vie, de la santé mentale, du but de la création, deviennent relativement secondaires en quelque sorte. On peut aussi créer pour le plaisir de savoir qu'il n'y a pas forcément de sens à donner à toutes choses.
Bonnes salutations et bon courage sur la Voie et... bon week-end.
psy323
bonjour
si je vous ai bien compris il s'agira de répondre à votre question c'est cela ? sous quelle forme ? à quel moment ? et comment apparaitra cette réponse ensuite
à vous lire
psy356
Question psy : pourquoi vous posez vous cette question ?
psy372
Sans doute, mais seulement s'il en attend quelque chose...
psy416
Un tel artiste a probablement des idées mais pas de corps, pas de sensations donc pas de plaisir. Sa santé mental n'est pas en péril car il a trouvé de quoi s'occuper ......
psy440
Bonsoir Monsieur,
je ne sais pas si je vais vous faire une réponse de psy mais je m'attarderais sur le mot "rien". Je ne vois pas comment un artiste d'art pourrait réellement travailler sur rien ! A moins que l'on ne s'accorde à parler de problème de santé mentale (je ne suis pas très intéressée par les étiquettes...), en faisant l'hypothèse suivante :
Est-ce que cette question du rien, ne serait pas l'expression d'une grande dépréciation de soi-même ? Je vous souhaite une bonne soirée.
psy473
Peut être...quelques lignes ne suffisent pas à répondre à votre question
psy504
Bonjour Olivier,
Je vous répondrai surement plus en profondeur mais je tiens à vous dire d'emblée que vous m'avez fait spontanément rire avec votre question :
"Un artiste d'art contemporain qui passe sa vie à travailler sur rien, ne risque t'il pas de mettre en péril sa santé mentale ?"
Et le rire n'est pas rien, ni même deux fois rien, peut-être trois fois rien, car c'est déjà quelque chose... (cf. Raymond Devos).
Bonne soirée,
psy514
Cher Non-Artiste,
Vous auriez dû envoyer un non-mail afin de créer le parfait non-événement qui semble tant vous fasciner...
Ma réponse à votre question est que votre question contient la réponse et la non-réponse à la non-question...
Je vous remercie de m'avoir permis cette non-rencontre avec vous, ou cette rencontre avec ce non-vous qui va certainement enrichir votre non-collection qui prend la poussière dans une non-salle d'un non-musée d'art contemporain, c'est à dire un vrai musée d'une vraie perte de temps...
Je vous invite à contempler l'idée d'un non-traitement destiné à vous aider un cran plus loin dans votre élan éperdu vers non-Éros.
Quand vous serez revenu de votre non-voyage, je vous suggère d'utiliser le non-argent récolté auprès des généreux contributeurs à votre non-fondation pour vous offrir un long séjour dans un endroit calme.
En attendant le non-événement, je vous adresse mes condoléances attristées ainsi qu'une non-ordonnance d'antidépresseurs.
psy516
le risque n'est-il pas de ne pas prendre le risque?....

bien cordialement
psy558
Bonjour,
Hauser, Aloïse, Van Genk, Wölfi ont travaillé "sur rien" mais c'est bien par
l'art qu'ils ont pu cohabiter avec leur psychose.
Cordialement,
psy588
Monsieur, bonjour,
Le non-objet est-il un sujet ?
Ne pas être ou être ?
Je vous joins un texte-réponse.
J'ai bien ri. Merci.
psy733
Désespoir d'une matière futile, mes œuvres traquent l'événement primordial d'une oeuvre absente.

"Un artiste d'art contemporain qui passe sa vie à travailler sur rien, ne risque t'il pas de mettre en péril sa santé mentale ?"

Le rien est l'essence et est en tout.
Pourquoi devez-vous le colorer par le "désespoir"? C'est à vous de cultiver votre santé dans l'intention même de votre travail.
psy754
Monsieur,
Je trouve votre démarche tout à fait intéressante voir philosophique. 
La question serait: comment créer à partir de rien, c'est-à-dire en se dégageant de toute influence? La création étant la multitude de réponses à votre question. Mais, à partir de combien de réponses pensez-vous estimer avoir une oeuvre?
 
La question que vous avez choisi de poser demande si l'oeuvre peut influencer son créateur: il s'agit d'un paradoxe puisque normalement, c'est le créateur qui influence son oeuvre. Ce n'est pas l'oeuvre qui rend fou, mais la folie du créateur qui se met dans l'oeuvre.
Peut-être que pour vous, votre recherche obsessionnelle et  desespérée indique un profond état dépressif, mais peut-être aussi que votre santé mentale peut justement se préserver dans cette recherche du rien, dans l'espoir qu'il vous protège de l'envahissement du monde.
Il n'y a que vous qui puissiez répondre à cette question.
Au delà du prétexte de vous adresser à des "spécialistes", il me semble que votre oeuvre cherche avant tout à créer du lien avec les autres.
Je vous souhaite pour cela beaucoup de réponses à votre question.
psy804
Bonjour Monsieur,
Je suis très intrigué et très intéressé par votre question.
Comment souhaitez-vous que j'y réponde?
Attendre l'évènement du rien, "nier" le vide pour ne pas se perdre?????

Sans rien attendre, je vous souhaite bon courage.
Bien à vous.
psy821
Bonjour,
Je trouve votre démarche singulière et intéressante à la fois. A votre question ma réponse est oui, car - si j'ai bien compris votre adhésion existentielle au "non-objet" ,vous vous coupez ainsi du monde symbolique.
Réalité symbolique, qui - à mon avis- contribue exclusivement à donner un sens à la vie.
C'est le sens symbolique qu'il donne à son oeuvre, qui nourrit l'artiste et qui contribue à transcender sa vie.
Votre refus vous appartient, mais la vie est patiente et peut attendre longtemps notre évolution, notre retournement, notre changement de posture... sans en avoir l'air, mine de rien.
Bien cordialement
psy833
Travailler sur rien c'est déjà travailler sur quelquechose!!
allez du côté de la Pagode de Vincennes à KAGYU DZONG et vous trouverez peut-être la réponse à votre question à laquelle vous avez déjà certainement une réponse...
bien à vous
psy873
Bonjour,
le rien est tellement la source de tout que la frontière entre les deux est des fois difficile à être établie! qu'attendez vous d'une "psy"? quelque chose ou rien?
bien cordialement
psy896
Cher artiste,
Pas plus qu'un psy, a priori.........Bien à vous .
psy912
Cher Monsieur,
Votre mail m'a interpellée car j'ai exposé pendant longtemps des artistes contemporains: peintures, sculptures, mobilier avant de reprendre des études pour pratiquer le métier de psychothérapeute.
Pour répondre à votre question, je ne pense pas que travailler sur le rien risquerait de mettre en péril votre santé mentale mais plutôt de développer votre créativité afin d'apprendre à cohabiter acec le rien!
Belle route à vous.
psy931
Bonjour Monsieur,
Je viens de lire votre appel ... sans objet.
Je vous en remercie.
Étant moi-même une sorte de psy mélangé à une autre sorte d'artiste, je me demande ce que vous entendez par "santé mentale".
Bien à vous.
psy938
Bonjour,
"Ce rien qui fait sonner la vie comme un réveil au coin du lit..."
Léo Ferré
psy949
CECI EST UNE NON REPONSE QUI VAUT CE QU'ELLE VAUT
psy956
Cher monsieur,
Préambule
Sur les 36 500 e-mails non sollicités que je reçois chaque année (36 600 les années bissextiles), 36 499 vont à la corbeille.
Le vôtre est le rescapé de l'année 2010.
(Notez cependant que j'utilise pour vous répondre une adresse éphémère, au cas où, comme l'indique ne266 ÉVÉNEMENT ne266-I-1 vous auriez l'intention d'effectuer de nombreux envois, vous faisant ainsi passer de la catégorie des a priori sympathiques à une autre, cela dit sans chantage affectif, bien sûr !)
Réponse à votre question ou, plus exactement : mon avis
Toute personne, artiste ou non, explorant le vide, le néant ou le rien a de fortes de chances de mettre en lace à l'intérieur d'elle-même en elle un équilibre insoupçonné. Tout simplement parce que c'est dans la confrontation au vide, c'est-à-dire l'absence de discours, de réflexion, d'intellect, pour tout dire de projet que peut enfin se révéler la nature profonde de la personne.
Et j'ai l'idée que laisser émerger du plus profond de soi cette chose (que je ne peux décrire par des mots, car elle serait dénaturée) est la base même de l'équilibre.
Proposition
Je suis étonné que vous n'ayez pas remis vos chèques de zéro euro à l'encaissement, vous eussiez pu avoir un bordereau de remise de zéro euro, intéressant dans votre collection. Avec infiniment de chance, vous pourriez même avoir une ligne de crédit de zéro euro sur votre relevé de compte (mais faut peut-être pas trop rêver).
Pour ma part, je vous propose, si vous voulez bien m'adresser un RIB, d'effectuer en votre faveur un virement de zéro euro. Il sera refusé car le montant minimum est (largement) supérieur à zéro, mais il est possible qu'une copie d'écran de ce refus, bref, ce non-virement vous fera plaisir. Si par hasard, le plaisir de ce non-virement était nul, cela aurait encore été une façon d'atteindre le zéro.
Bien à vous,
psy970
Monsieur,
C'est toute la littérature psychanalytique, psychiatrique, scientifique et philosophique que l'on pourrait consulter pour répondre -en partie- à votre question.
Ce n'est pas RIEN!
Plus simplement, si vous trouvez un sens à votre existence à travailler sur "rien", c'est déjà beaucoup.
Votre santé mentale dépend en partie du sens et de l'épanouissement que vous trouvez à la création de vos oeuvres.
Mais ce "rien" n'est pas tout ; nous ne saurions trop vous conseiller de ne pas vous consacrer qu'au "rien" dans votre vie et d'y mettre les pleins et les vides qui donnent le relief et la saveur sacrée à toute vie.
Meilleurs sentiments
psy1010
Bonsoir, un peu plus je jettais ce mail sans le lire. Mon oeil est allé plus loin. Votre démarche et question m'interpelle alors oui je veux bien aller plus loin dans votre demande. J'attends que vous me disez en pratique comment procéder. Est-ce essentiellement par mail?

Dans l'attente, je vous souhaite une bonne soirée.

Bien à vous.
psy1014
Cher Monsieur,
En tant qu'artiste et psychothérapeute votre question me paraît petinente.
Je n'ai pas encore dans ma clientèle des artistes qui travaillent sur le "rien" et se posent cette question ... ?? et je ne me suis moi même pas posée cette question.
La 1ère idée qui m'est venue en lisant votre mail c'est le rien n'existe pas sans le "tout" ou le "plein" Donc pourquoi ne pas réflêchir sur son opposé et voir ce qui se passe ?? Je ne vais rentrre dans des raisonnements "psy" sans vous connaitre !!! bien sur ... mais votre question me fera certainement refêchir .. par moment
Bonne journée
psy1056
Bonjour,
Je vous remercie de vous être adressé à moi ; je dois cependant vous répondre que pour répondre à votre question, il faudrait que je la comprenne, et ce n'est pas le cas...
Désolé de ne pouvoir vous être utile.
Cordiales salutations,
psy1064
Monsieur,

Dormez tranquille, pas de péril pour le non-existant. C'est même la seule non-chose stable en ce bas monde.
Adieu avec meilleurs sentiments
psy1072
En non-réponse à votre question je vous adresse mon questionnement :
Un professionnel qui ne passe pas assez de temps à travailler sur rien, ne met il pas en péril sa santé mentale ?
Cordialement